Les enfants loups, Ame et Yuki, de Mamoru Hosoda

Mais dites, je n'ai pas encore parlé animation japonaise par ici! Aujourd'hui je vais donc vous parler d'un coup de coeur que j'ai eu cette semaine (le film a été diffusé sur Arte le 17 décembre): Les enfants loups, Ame et Yuki, de Mamoru Hosoda, qui est sorti en 2012.


C'est l'histoire d'une jeune femme, Hana (fleur), qui rencontre un jeune homme à la fac à Tokyo. Très vite, ils tombent amoureux, et l'homme lui révèle son secret: c'est un homme-loup. Hana l'accepte, puis ils ont une petite fille nommée Yuki (neige) et un petit garçon un an plus tard, nommé Ame (Pluie). Ce sont des enfants-loups, comme leur père. Pendant quelques années, ils ont une vie heureuse et paisible. Un jour, le père disparaît brutalement. Effondrée mais déterminée à voir toujours les choses du bon côté, Hana commence à élever seule ses enfants. Un jour, elle décide de partir s'installer à la montagne, pour pouvoir élever ses enfants tranquillement et être plus proche de la nature pour les aider à choisir leur voie: loup ou humain...


L'histoire est très intéressante dans le sens où au-delà du côté fantastique, elle développe de nombreux thèmes: l'amour, le deuil, l'éducation pas toujours facile, encore plus pour une maman seule, la recherche de son identité (entre humain et loup, les deux petits sont tiraillés avant certains évènements qui leur feront prendre chacun leur décision finale - je ne vous dis pas laquelle ils prennent, vous verrez), la relation parent-enfant et frère-soeur, le fait de se sentir différent et rejeté (par exemple, Yuki, avec son côté louve, est beaucoup plus "sauvage" que les petites filles de son âge et a donc du mal à s'intégrer, en plus ils doivent réfréner leur instinct de loup en société pour ne pas effrayer les autres - surtout dans une société du collectif comme le Japon), la relation de l'homme à la nature, la part d'animalité et d'instinct que chacun a en lui et comment la gérer, l'adaptation d'une citadine à la campagne et la vie au rythme des saisons que cela implique...


L'ambiance du film est assez reposante (les sublimes airs de piano y sont pour beaucoup) sans qu'on ait le temps de s'ennuyer, il y a aussi de nombreuses touches d'humour! La personnalité des personnages est développée, surtout celles des petits: Ame est un garçon plutôt timide, calme et posé, tandis que Yuki est une véritable tornade, espiègle et énergique. De plus, on voit l'évolution de leur caractère au fur et à mesure qu'ils grandissent. Celui de Hana est aussi montré, femme courageuse et aimante, qui a aussi le côté très japonais du "Il faut sourire quoi qu'il arrive", l'appréciation des choses éphémères et la conscience de la fragilité de la vie... une philosophie que l'on a pas assez en France, je trouve!



Au niveau du graphisme, les dessins sont très beaux: les décors ont un souci du détail impressionnant pour un film d'animation traditionnel, certains plans sont tellement réalistes qu'on croirait presque voir des photos. Les personnages ne sont pas en reste, ils ne sont pas réalistes comme les décors (on reste dans du chara-design japonais) mais sont très beaux et expressifs, Ame et Yuki sont vraiment mignons et la transition loup-humain est très bien dessinée (est-ce que ce gif n'est pas le plus kawaii du monde?)


En résumé, ce film est un véritable bijou de poésie, avec des personnages plus attachants les uns que les autres, des dessins et des thèmes musicaux magnifiques, un conte sur la tolérance et le respect dans l'acceptation de soi et des autres. Vraiment, je ne peux que vous conseiller de le voir, si vous êtes déjà un amateur d'animes vous allez adorer, si vous n'êtes pas familier de ce type d'animation, allez-y, ce film pourrait bien vous convertir!

Avez-vous vu ce film? Aimez-vous l'animation japonaise en général?

1 commentaire:

  1. Je n'ai pas vu ce film et je l'ai loupé sur Arte lors de sa diffusion... Shame on me ! Et pourtant, j'adore l'animation japonaise, toujours si créative et poétique. Ma première rencontre avec ce cinéma s'est faite avec "Le tombeau des lucioles", pas la plus joyeuse des entrées en matière. Qu'est ce que j'ai pu pleurer... Mais coup de coeur absolu pour les dessins-animés japonais !

    Depuis je ne m'arrête plus, j'ai presque tous les DVDs des studios Ghibli et je rêve de visiter leur musée à Tokyo. La retraite de Miyazaki m'a rendu tellement triste, mais j'attends toujours leur production avec impatience comme "Souvenirs de Marnie" cette année !!!

    RépondreSupprimer

Instagram