Les délices de Tokyo

Dernièrement au cinéma, j'ai eu un coup de cœur immense! Dimanche dernier, pour ma plus grande joie, mon cinéma local a organisé une journée spéciale Japon à l'occasion du printemps du cinéma - autant vous dire que c'était hors de question de rater ça: le matin, nous sommes donc allés voir Les Délices de Tokyo ( あん - An) , de la réalisatrice Naomi Kawase, avant une pause gourmande avec des sushi, une soupe miso et des dorayaki (si vous ne savez pas ce que c'est, vous allez le savoir plus bas!) et une chanteuse d'opéra japonaise, avant de retourner dans la salle en début d'après-midi pour voir Le Cœur Régulier (film avec Isabelle Carré qui se passe en grande partie au Japon)  en avant première! Ce deuxième film m'a également plu, mais c'est Les délices de Tokyo dont je vais vous parler ici!

Sentaro est vendeur de dorayakis (petits gâteaux japonais formé de deux crêpes épaisses fourrées à la pâte an, la pâte sucrée de haricots rouges japonais) dans une petite échoppe à Tokyo. Son quotidien est monotone et son métier ne l'intéresse pas vraiment, bien qu'il ait des clients fidèles, comme la jeune Wakana à qui il donne ses pancakes ratés et avec qui il discute parfois. Un jour, une vieille dame, Tokue, s'approche de l'échoppe et fait une demande pour le moins surprenante à Sentaro: elle veut qu'il l'embauche. Il refuse, en lui disant que ce travail est bien trop physique pour une personne de cet âge. Mais elle ne laisse pas tomber, et revient un jour pour lui faire goûter la pâte an qu'elle prépare elle même depuis plus de 50 ans. Sentaro n'en revient pas: le goût est exceptionnel. Il embauche finalement Tokue, et très rapidement, son échoppe connaît un succès incroyable...


Ce film est un des plus émouvants que j'ai pu voir ces derniers mois (années?). C'est simple, tour à tour, je n'ai pas arrêté de rire, d'être émerveillée, d'avoir l'eau à la bouche, d'être triste et ça faisait longtemps que je n'avais pas autant versé de larmes au cinéma. Rien que de regarder à nouveau la bande annonce m'a mis les larmes aux yeux tant l'émotion est encore présente une semaine après.

wakana tokue sentaro an

La plus grande force de ce film, ce sont ses personnages. Les trois personnages principaux, que ce soit Sentaro, Wakana ou Tokue, sont extrêmement attachants car derrière leurs apparences simples, ils sont tous un peu cassés à l'intérieur. Derrière cette réserve toute japonaise qui ne laisse rien paraître ou presque des émotions et des sentiments, ils ont tous les trois un immense besoin d'amour et c'est ensemble, par leur amitié mutuelle, qu'ils vont s'aider. Les acteurs sont exceptionnels, toujours incroyablement justes, que ce soit dans les regards, les gestes, les attitudes ou le son de leurs voix . On rit, on pleure, on souffre avec les personnages qui deviennent nos amis au fur et à mesure que le film avance. La pâte an n'est qu'un prétexte pour raconter l'histoire d'une triple rencontre poignante, qui montre la richesse et l'importance des relations et de la transmission inter-générationnelle. Finalement, dans cette histoire d'amitié, les trois personnages trouvent une famille qui leur faisait défaut depuis trop longtemps.

Il y a aussi un côté beaucoup plus sombre, qui montre l'exclusion dont peuvent souffrir ceux qui sont mis au ban de la société japonaise, pour diverses raisons, et la froideur avec laquelle elle est exprimée et signifiée. On voit surtout ça avec les actes et les attitudes de la mère de Wakana et la patronne de Sentaro, et ça fait vraiment mal au cœur quand on voit que les trois personnages essaient de faire de leur mieux en toute humilité.

sentaro wakana an

tokue an

L'ambiance aussi est magique: si vous êtes déjà allés au Japon, vous allez retrouver toutes les petites choses qui font le charme du pays: sons, lumière, couleurs... la photographie est toute douce! Le film commence à l'époque de la floraison des cerisiers (c'est de saison!) et se déroule sur un an, on voit donc bien le passage d'une saison à l'autre. Les sons environnants ne sont pas coupés, c'est ainsi qu'on entend les petites musiques des trains qui entrent en gare, les bips des passages piétons, le vent dans les arbres, les haricots rouges qui mijotent et le pâte à dorayaki qui dore...C'est en effet un film assez contemplatif, qui souligne la beauté des petites choses. Tokue apprend non seulement à Sentaro la recette de la pâte an, faite de patience et d'opérations précises (elle prône le respect des haricots, elle dit qu'il faut les écouter, ça donne des scènes assez drôles mais tellement japonaises) mais elle lui apprend aussi à voir son métier d'un autre œil, à l'aimer et à apprécier les bonheurs simples de la vie, comme déguster un dorayaki tout chaud ou admirer les sakura fleuris.

dorayaki an

tokue sakura an

C'est ce que ce film nous apprend aussi, à nous, spectateurs: porter attention à l'autre, à ses difficultés, mais aussi à sa beauté et à sa force. Écouter, observer, sentir le monde qui nous entoure pour mieux en apprécier les beaux côtés et en surpasser les mauvais, dans un état d'esprit positif, ouvert et empli de compassion. Une belle morale, et un immense coup de cœur!


Je vous le recommande vivement, que vous soyez passionné par le Japon ou pas!

12 commentaires:

  1. Bonjour

    Je confirme, même sans être passionnée par le Japon, je suis tombée sous le charme de ce filme très beau, émouvant, tout en douceur. C'est une ouverture sur la culture japonaise, un vrai moment d'évasion dont on a du mal à ressortir même bien après le film.
    Mon homme qui n'avait pas plus que ça envie d'aller voir les délices de Tokyo a également adoré.
    Merci pour ce billet qui permet à ce film, par le bouche à oreille, d'avoir un succès grandissant et très largement mérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, il m'a fallu quelques minutes pour me remettre de mes émotions avant de sortir de la salle! J'espère que mon article donnera envie à des gens de le voir en tous cas! :)

      Supprimer
  2. Merci pour ton article, je suis impatiente de voir le film maintenant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha je t'en prie, ravie que ça t'ait donné envie de le voir! :)

      Supprimer
  3. Super article!
    Tu m'as vraiment donné envie de le voir. Le film semble être touchant et poétique.
    Malheureusement il ne passe plus au cinéma près de chez moi. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! C'est vrai qu'il a eu une sortie plus tardive chez moi, mais il sortira peut être en DVD d'ici quelques mois :)

      Supprimer
  4. je suis impatiente de le voir, il m'a l'air super intéressant :)
    des bisous !

    RépondreSupprimer
  5. Ce film a l'air vraiment bien, la bande d'annonce m'a rendue toute chose*; Ca a l'air d'être très doux avec un cadre typiquement japonais, génial ! Dommage que je ne le trouve pas sur internet pour l'instant, ni en dvd pour l'instant. Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est pour moi! Il ne devrait pas tarder à sortir en DVD je pense, il faudra que je l'achète car j'ai déjà envie de le revoir! Vu ton pseudo, il ne pourra que te plaire! :)

      Supprimer
  6. Ce film est juste un chef d’œuvre <3 Il reflète tellement le "vrai" Japon. Et puis quand on a l'habitude d'acheter ses dorayakis à la petite échoppe du coin... on ne peut que craquer ! (^.^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on retrouve totalement l'ambiance du Japon telle qu'on la ressent quand on visite ce pays :)

      Supprimer
  7. Il a l'air magnifique ce film et plein de poésie ! On adore tellement le Japon et on vient de le quitter le coeur gros... Alors j'ai hâte de voir ce film plein de douceur. Merci pour cette revue ciné !

    RépondreSupprimer

Instagram